Menu Search

L'aide au logement boostée par les taxes sur le tabac

Article publié le 20/08/2012 à 11:31

La ministre du Logement a annoncé que son budget 2013 serait de 8,2 milliards d'euros, comme en 2012, grâce aux plusieurs millions d'euros issus des taxes sur le tabac. La revalorisation de l'APL, elle, attendra l'automne.

L'aide au logement boostée par les taxes sur le tabac

Un budget stable

Cécile Duflot, ministre du Logement, a annoncé que le budget de 2013 resterait le même que celui de 2012. Cette stabilité est possible grâce aux 450 millions d'euros de recettes en provenance des taxes sur le tabac.

L'argent des quotas carbone va augmenter les crédits destinés à l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Ils passeront de 400 millions en 2012 à 600 millions d'euros en 2013 pour permettre la rénovation thermique des logements.

Le ministère explique aussi que le budget pour les « aides à la pierre », c'est-à-dire les subventions du budget à la construction neuve, passera de 450 millions d'euros en 2012 à 500 millions en 2013.

La revalorisation de 2013

Une grande partie des 450 millions d'euros issus des taxes sur le tabac servira à financer les trois principales aides au logement que sont l’Allocation de logement sociale (ALS), l’Aide personnalisée au logement (APL) et l’Allocation de logement familiale (ALF).

Le coût de ces trois allocations représente environ 17 milliards d’euros, partagés entre la Sécurité sociale et l’État, les recettes des taxes sur le tabac sont donc les bienvenues.

Les aides au logement sont versées, en France, à 6 millions de foyers. Le gouvernement ne s'est pas encore exprimé sur la revalorisation de ces allocations pour l'année 2013, mais le sujet devrait être abordé à l'automne prochain, au moment de l'annonce des budgets de l'État et de la Sécurité sociale.

Avec le gouvernement précédent, ces aides au logement n'ont augmenté que de 1 %, presque deux fois moins vite que l'inflation prévue qui était de 1,9 %.

Le dernier rapport de l'inspection générale des affaires sociales (Igas) montre d'ailleurs que les aides sont de moins en moins efficaces, la flambée des loyers ayant été beaucoup plus forte que la revalorisation des aides ces dernières années. Peut-être que le gouvernement en tiendra compte pour 2013.

Dossier lié à cette actualité