Menu Search

Île-de-France : les CAF sont toujours surchargées

Article publié le 26/04/2011 à 16:12

Avec près de 35 % de dossier en attente depuis 15 jours, les caisses d'allocations familiales d'Île-de-France sont de plus en plus saturées. Pour la direction, la crise en est la principale cause. Les syndicats dénoncent également les suppressions de postes.

Île-de-France : les CAF sont toujours surchargées

Plus de 660 000 dossiers en attente

Avec 660570 dossiers en attente au 31 mars 2011, la situation n'a jamais été aussi tendue dans les CAF d'Île-de-France et ce malgré une nette diminution en 2010 (540 000 dossiers étaient ainsi en attente  fin 2010 contre 650 000 fin 2009). Rien qu'en Seine-Saint-Denis (93), 154000 dossiers ne sont toujours pas traités.

Plus qu'énervante pour les allocataires, la situation peut s'avérer dramatique. En effet, dans le 93 près d'un tiers d'entre-eux n'ont que ces allocations comme sources de revenues.

Plus de demandes pour moins de conseillers

D'après la direction nationale, les conditions actuelles sont essentiellement dues à un effet crise. Le nombre de bénéficiaires et d'allocataire ne cessant de croître. Pour les syndicats si les explications de la CNAF sont justes, la direction n'est pas toute blanche dans l'affaire.

Instaurant une diminution drastique des effectifs, la convention d’objectifs passée entre l'État et la CNAF est ainsi largement dénoncée. Comme dans tout service public, un départ à la retraite sur deux n'est plus remplacé.

La direction des CAF espère calmer la situation avec le développement et l'automatisation et dématérialisation d'un nombre croissant de requêtes. En attendant, les CAF continuent de fermer régulièrement leur portes au public pour se concentre sur les demandes en retard, à l'image des CAF de Seine-Saint-Denis fermées au public tous les jeudi.