Menu Search

La revalorisation des allocations au 1er janvier

Article publié le 31/12/2013 à 17:23

Au 1er janvier 2014, plusieurs allocations telles que l’ASS et l’AER ou encore le RSA vont être revalorisées. En parallèle, la TVA évoluera de 0,4 point tandis que le SMIC horaire brut passera à 9,53 euros.

La revalorisation des allocations au 1er janvier

Une revalorisation annuelle des allocations

Au 1er janvier, l’Allocation spécifique de solidarité (ASS) et l’Allocation équivalent retraite (AER) seront revalorisées d’environ 1,3 %, une bonne nouvelle pour les chômeurs en fin de droits à qui elles sont principalement versées.

Selon le ministère de l’Emploi, le montant journalier de l’ASS serait donc de 16,11 euros contre 15,90 euros en 2013. L’AER et l’allocation transitoire de solidarité (ATS) concernant les chômeurs ayant validé suffisamment de trimestres pour prétendre à une retraite à taux plein, mais ne pouvant la liquider faute d’avoir atteint l’âge légal passeront de 34,33 euros à 34,78 euros.

L’allocation temporaire d’attente (ATA) destinée à certains étrangers ayant par exemple demandé l’asile en France sera quant à elle portée à 11,35 euros contre 11,20 euros.

Le SMIC, le RSA et la TVA à la hausse

Afin « d’assurer une progression du pouvoir d’achat des salariés dont les rémunérations sont les plus faibles compte tenu du niveau de l’inflation » selon le ministère du Travail, le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) sera également revu à la hausse. Une revalorisation de 1,1 % qui verra ainsi passer le taux horaire du SMIC à 9,53 euros bruts contre 9,43 euros actuellement. Sur une base de 35 heures, le SMIC s’élèvera ainsi à 1445,38 euros bruts par mois.

Le RSA fait aussi partie des aides revalorisées au 1er janvier 2014. Le RSA socle pour une personne seule passera donc à 499,31 euros par mois. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé explique que cette hausse du RSA « permet d’augmenter les ressources de près de 2,5 millions d’allocataires », mais qu’elle devrait être accompagnée d’une nouvelle augmentation exceptionnelle de 2 % au 1er septembre prochain.

Du côté des « mauvaises nouvelles », la TVA est également revue à la hausse avec un taux normal porté à 20 % contre 19,6 % actuellement.

(Image : Flickr - Images_of_Money/CC-by-2.0)

Dossier lié à cette actualité