Menu Search

PLFSS 2014 : le gouvernement souhaite une économie de 3,4 milliards d’euros en un an

Article publié le 01/10/2013 à 18:08

Le 26 septembre dernier, les détails du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2014 ont été rendus publics. Le gouvernement souhaite réaliser une économie de 3,4 milliards d’euros pour que le déficit de la Sécu ne dépasse pas les 13 milliards.

PLFSS 2014 : le gouvernement souhaite une économie de 3,4 milliards d’euros en un an

Rester sous la barre des 13 milliards d’euros

Le Conseil des ministres s’est réuni pour évoquer les détails du PLFSS 2014, dévoilés le 26 septembre. Le gouvernement souhaite réaliser une économie de 3,4 milliards d’euros en 1 an afin que le déficit de la Sécu et du fonds de solidarité vieillesse ne dépasse pas les 13 milliards d’euros.

Déjà en 2013, ce déficit avait diminué passant de 17,5 milliards d’euros en 2012 à 16,2. Une diminution que n’a pas manqué de souligner le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve. Selon lui, il s’agirait « du meilleur résultat depuis que la crise est intervenue ».

Ce souhait du gouvernement n’aboutira pas en l’absence de mesure, explique la commission des comptes de la Sécu. Selon elle, si rien n’est fait, en 2014 le déficit pourrait atteindre les 21 milliards d’euros.

Différents moyens pour y parvenir

Pour obtenir une telle économie, le gouvernement a ciblé certains secteurs notamment celui des retraites. Avec la réforme des retraites, le gouvernement espère en effet économiser 2,5 milliards d’euros, principalement avec la hausse des cotisations.

Dans une interview avec le quotidien les Échos, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a ajouté que certains médicaments seraient en vente à l’unité pour limiter le gaspillage, puisque selon elle « chaque Français conserve en moyenne 1,5 kg de médicaments non utilisés ».

La branche famille n’y échappe pas non plus. L’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) devrait être divisée par 2 si les revenus dépassent le seuil fixé.

Pour réduire son déficit, la Sécu devra aussi agir et améliorer ses coûts de gestion en diminuant ses effectifs et en multipliant les moyens de dématérialisation.

Image : Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé (Flickr – Laurent GUEDON/CC-by-sa-2.0)