Menu Search

RSA : vers une stabilisation du nombre d'allocataires ?

Article publié le 25/05/2011 à 16:59

Suivant la tendance de la fin de l'année 2010, l'évolution du nombre de bénéficiaires du RSA, n'a que peu augmenté au début de l'année 2011. Selon la CNAF, 1,85 millions de français touchaient le RSA à la fin février.

RSA : vers une stabilisation du nombre d'allocataires ?

Une hausse qui s'atténue

Si le nombre de foyers percevant le revenu de solidarité active (RSA) est toujours en augmentation, cette dernière est largement ralenti comparée à l'an dernier.

En effet, d'après les dernières données de la caisse nationale des allocations familiales (CNAF), 1,847 millions de personnes percevaient le RSA à la fin février 2011 contre 1,84 millions en janvier, 1,798 millions à la fin 2010 et 1,697 millions à la fin 2009.

Dans le détail, les deux composantes du RSA poursuivent la même tendance :

  • Le RSA socle concernait ainsi 1,18 millions personnes en 2010 contre 1,17 millions en janvier, 1,15 millions en 2010 et 1,12 millions fin 2009 ;
  • le RSA activité , perçu en en complément d'un faible revenu d'activité était lui touché par 670 538 personnes en février comme en janvier 2011 contre 670 538 personnes en 2010 et 404000 l'année d'avant.

Le RSA jeunes, destiné aux moins de 25 ans concernait quant à lui 9319 jeunes à la fin février contre 7000 à la fin 2010.

Un manque de clarté évident

Afin d'affûter un dispositif mal perçu par ses allocataires, un rapport d'amélioration devrait être présenter d'ici la fin juillet. Parmi les pistes abordées, le ministère des solidarités parle d'une possible mise en place d'un processus de déclaration de ressources mensuel et non plus trimestriel.

En effet, force à été de constater au ministère des solidarités et de la cohésion sociale, que le dispositif, en l'état actuel, est des plus opaques pour les allocataires. "Les bénéficiaires disent qu'ils ont du mal à identifier combien ils vont percevoir chaque mois", reconnait on.

Parmi les reproches faits aux dispositifs, les conditions d'accession ou du moins leurs clarté sont également montrées du doigt, les autorités dénonçant "un turn-over important des bénéficiaires" avec chaque mois  près de 100 000 personnes accèdent au dispositif tandis que  presque autant perdent leurs droits.

Dossier lié à cette actualité