Menu Search

Saint-Herblain : garde d'enfants pour familles en difficultés

Article publié le 04/11/2011 à 17:31

À Saint-Herblain près de Nantes, un nouveau dispositif d'aide aux familles en difficultés est testé depuis le mois de juin. Le concept est simple, proposer un mode de garde d'enfant alternatif, pour donner plus de liberté, de temps aux parents pour s'organiser.

Saint-Herblain : garde d'enfants pour familles en difficultés

Une garde d'enfant temporaire

Intégré de plein pied dans le plan espoir banlieue lancé en 2008, la solution proposée par l'association d'aide familiale populaire (AAFP) et la Confédération syndicale des familles à Saint-Herblain (Pays-de-la-Loire) séduit déjà les parents.

Pour l'heure, six familles bénéficient ou ont bénéficié du dispositif lancé depuis juin dernier, mais les différentes structures sociales en jeu aimeraient bien poursuivre et développer le projet.

L'idée n'est pas d'offrir une nouvelle offre de garde de substitution mais bien une aide à la recherche d'emploi, aide qui par définition se doit d'être temporaire.

Ainsi pendant trois mois maximum, l'AAFP et ses partenaires proposent une solution de garde d'enfant à domicile de 6 à 21 heures par jour et à raison de trois enfants par famille maximum. En parallèle, un "accompagnement à la fonction parentale et éducative" est proposé. Cette aide n'est néanmoins pas gratuite, les bénéficiaires devant s'acquitter d'un forfait allant de 0,30 euros à 1,80 euros de l'heure selon leurs ressources et quotient familial.

Pour pouvoir prétendre à cette aide, les familles doivent remplir plusieurs conditions :

  • résider dans un des 3 quartier prioritaires de la commune (Bellevue, Changetterie, Sillon) ;
  • avoir au moins un enfant de moins de 6 ans à charge ;
  • disposer d'un quotient familial inférieur à 670 euros ;
  • être en situation d'insertion sociale et professionnelle ;
  • enfin rechercher activement un autre mode de garde, l'AAFP proposant une aide à cette recherche en parallèle si besoin est (recherche de structures d'accueils des jeunes enfants, recherche d'aides financières à cet accueil,...) .

Pour les intervenants de l'AAFP, il s'agit avant tout de "donner le temps à la famille de s'organiser".