Menu Search

Des chèques-vacances pour les handicapés mentaux

Article publié le 03/05/2012 à 16:57

Dans le cadre de son partenariat avec l'Unapei, l'ANCV a annoncé dernièrement qu'elle aiderait près de 4000 personnes handicapées mentales et leurs familles à partir en vacances cette année.

Des chèques-vacances pour les handicapés mentaux

L'ANCV veut aider 4000 personnes handicapées supplémentaires en 2012

Depuis 2009 , l'agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) dans le cadre de sa mission d'action sociale pour les publics fragiles, tisse en partenariat avec l'union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei).

De par cette association d'objectifs et de moyens, quelque 6300 personnes isolées par le handicap ont ainsi pu partir en vacances depuis 3 ans. En 2011, 3200 personnes ont également été aidées.

Pour 2012, les deux organisations veulent augmenter leurs objectifs de 25 % et ainsi passer à 4000 aidés.

Par le biais de chèques-vacances particuliers, l'ANCV permet ainsi aux handicapés mentaux n'ayant pas les moyens de partir, car disposant de ressources en général en dessous du seuil de pauvreté, de découvrir ou redécouvrir les vacances, de concrétiser des projets de départs en France ou à l'étranger.

Des vacances présentées comme « indispensables » par l'Unapei, aussi bien pour les personnes atteintes du handicap que leurs familles.

D'autres actions encore nécessaires

Accueillant au total près de 180 000 personnes handicapées mentales, l'Unapei, si elle se facilite de ce partenariat regrette néanmoins le manque d'action des pouvoirs publics.

Pour la présidente de l'association, Christel Pradon, « ce partenariat doit en inspirer d'autres ! Le droit aux vacances n'est pas un luxe, mais un lien social essentiel source d'enrichissement personnel pour tout un chacun ».

En inscrivant le handicap « au coeur de ses programmes d'aides au départ en vacances », l'ANCV espère pouvoir de son côté faire « changer le regard sur le handicap » via une simplification des démarches à accomplir pour ce public, notamment en facilitant « leur accès dans les structures d'accueil ».