Menu Search

Les papas : deuxièmes victimes du divorce

Article publié le 24/05/2013 à 11:17

Selon une étude de l’Ined (Institut national des études démographiques) publiée ce jeudi 23 mai, 1 enfant sur 10 ne verrait plus son père après la séparation. La proportion atteint 19 % si l’enfant a entre 18 et 21 ans et 32 % s’il a entre 30 et 34 ans.

Les papas : deuxièmes victimes du divorce

Un enfant sur dix ne voit plus son père après une séparation

La récente publication de l’Ined (Institut national d’études démographiques) pose la question des liens père-enfant après un divorce ou une séparation.

Cette étude nourrit le débat actuel dans lequel prennent part de nombreuses associations de pères qui jugent avoir été lésés lors du divorce.

L’étude montre que dans la plupart des cas de séparation, c’est bien la mère qui obtient la garde des enfants : il est très rare que la résidence principale des enfants soit attribuée au père.

Cela amène peu à peu a détendre les liens entre le père et l’enfant : un enfant sur dix grandit sans voir son père. La proportion atteint 19 % lorsque l’enfant a entre 18 et 21 ans et 32 % lorsqu’il a entre 30 et 34 ans.

Ce qui influence l’éloignement père-enfant

Le premier facteur qui augmente l’éloignement père-enfant est l’âge de l’enfant lors de la séparation : plus l’enfant est jeune quand le couple se sépare, moins il verra son père ensuite.

« Plus d’un enfant sur quatre parmi ceux qui avaient moins de 3 ans au moment de la séparation ne rencontre pas son père ; contre un sur sept parmi ceux qui avaient au moins 8 ans » dit le rapport.

Un second facteur est la situation du père : 24 % des enfants ne voient pas leur père si celui-ci s’est remis en couple et a eu un autre enfant contre 14 % si le père vit seul.

La situation professionnelle du père joue également : plus il est diplômé et plus sa situation est stable, plus il verra ses enfants.

Source image : Flickr (Elvert Barnes/CC-by-sa)