Menu Search

Bouches du Rhônes, 12 centres CAF fermés jusqu'au 27 mai

Article publié le 17/05/2011 à 16:54

Avec près de 39000 dossiers en attente, la CAF des bouches du Rhône s'est vue contrainte de fermer temporairement au public la grande majorité de ces centres accueils pour une durée de deux semaines. Les bureaux devraient rouvrir normalement le 30 mai.

Bouches du Rhônes, 12 centres CAF fermés jusqu'au 27 mai

Deux centres ouverts dans le département

En raison d'un retard important dans le traitement des dossiers (près de 39 000 en attente), la Caisse d'allocations familiales des Bouches-du-Rhône (13) a décidé de fermer exceptionnellement au public 12 de ses 14 points d'accueils, du 16 au 27 mai inclus.

Durant cette période seuls deux centres seront ouvert à Marseille, dans le 2ème et le 14ème arrondissement, de 08h45 à 16h.

Une situation qui s'améliore ?

Si la situation semble inédite, pour Julien Orlandini, le directeur adjoint de la CAF 13, elle est loin d'être dramatique.

Selon lui il s'agit avant tout de "diminuer le nombre de dossiers en attente en affectant tous les effectifs au traitement des allocataires et ainsi revenir à une situation optimum". Une mobilisation des effectifs intervenant dans un contexte de "mieux" puisque le nombre de dossiers en retard s'élevait jusqu'à 70000 fin mars.

Un département à difficultés socio-économiques

D'après Gilbert Chauvet, président de la CAF 13 et de l'union régionale CFE-CGC de Provence-Alpes-Côte d'Azur, "cette situation tendue n'est pas spécifique aux Bouches-du-Rhône, a-t-il souligné. Le problème, c'est que nous sommes dans un département qui est fortement marqué par les difficultés économiques et sociales, par des situations d'accès aux droits très difficiles". En effet le département compte  plus de 386 000 allocataires dont 90 516 perçoivent le revenu de solidarité active (RSA).

Pour Gilbert Chauvet, la principale cause de ces retards sont les dispositions prises par le gouvernement relatives  à la rigueur budgétaire imposée dans les services publiques  et la révision générale des politiques publiques (RGPP) diminuent fortement les moyens financiers et humains des dits services.

Le directeur adjoint évoque pour sa part, un investissement choisi de l'organisme dans la formation du personnel et l'augmentation des dossiers et missions de la CAF.

Dossier lié à cette actualité